L'intelligence émotionnelle : ce qu'elle est et comment l'entraîner

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui vous permet de rester en contact avec un vieil ami, malgré la distance et les années ? De maintenir vos relations de manière saine, durable et équilibrée malgré les difficultés de la vie et les différents chemins que nous empruntons souvent ? Pour faire face à un désaccord sans perdre votre sang-froid ou pour savoir comment gérer une communication difficile en restant calme et neutre ? Eh bien, il s'agit d'une caractéristique que peu de gens possèdent, mais qui est cruciale : l'intelligence émotionnelle. Elle peut faire une grande différence dans votre vie professionnelle. Par exemple, l'intelligence émotionnelle est une compétence fondamentale que les RH et les "chasseurs de têtes", qui sont chargés de trouver et d'embaucher de nouveaux employés, apprécient le plus

Mais pourquoi l'intelligence émotionnelle est-elle si recherchée ?

Tout d'abord, définissons-la : l'intelligence émotionnelle est la capacité à reconnaître et à gérer ses propres émotions et celles des autres. C'est une compétence fondamentale qui peut améliorer nos relations avec nos amis, notre famille et nous-mêmes. Oui, nous commençons par "moi". On ne peut rien faire si on n'apprend pas à travailler d'abord sur "moi", et la raison fondamentale est assez intuitive. Nous sommes avec nous-mêmes 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à partir du moment de notre naissance jusqu'à notre dernier jour ici sur terre !

Que signifie réellement "relation avec soi-même" ?

Nous sommes souvent les otages de nos émotions dysfonctionnelles. Nous pouvons être en colère pendant des heures ou nous pouvons devenir anxieux. Nous sommes anxieux, nous ruminons des faits, des personnes, des expériences, des choses qui nous ont été dites, etc. Nous nous sentons peut-être coupables de quelque chose ou nous sommes déprimés. Une spirale négative s'installe qui ne fait que nous enfoncer et nous transformer en la pire version de nous-mêmes

L'intelligence émotionnelle est un moyen de sortir de ce cercle vicieux, de reconnaître et de gérer les émotions que nous ressentons. C'est une compétence, mais seulement parfois innée : elle peut être entraînée, nos compétences peuvent être affinées par un travail constant. Un travail constant qui agit à trois niveaux

  • Conscience de soi
  • La gestion de soi
  • Leadership par soi-même

Pour expliquer ces trois dimensions, faisons une petite comparaison en entreprise. Dans une entreprise qui fonctionne vraiment, la première caractéristique déterminante et descriptive est une conscience très claire de ce qu'est son domaine. L'entreprise opère dans un certain domaine, pas dans un autre : elle a un domaine de prédilection et c'est là qu'elle va évoluer. Cela dit, elle doit avoir une vision. C'est le dirigeant qui donne la direction et l'impulsion. Enfin, il faut quelqu'un qui soit capable de suivre la ligne et de la transformer en réalité : le manager. Comparons cela à la sphère personnelle et à l'intelligence émotionnelle. Une fois que nous sommes conscients, nous devons nous "auto-guider", comprendre où nous voulons aller, qui nous voulons en tant que personne et ce que nous voulons dans nos vies. Nous voulons aller dans la bonne direction ! L'étape suivante est "l'autogestion", où nous apprenons à nous gérer nous-mêmes et à tirer le meilleur parti de notre énergie, de nos humeurs et de notre temps

Mais comment pouvons-nous travailler sur l'intelligence émotionnelle ?

Nous pouvons voir les trois niveaux comme un conteneur. Imaginons maintenant que nous puissions traverser le conteneur avec une seule pratique de pleine conscience qui puisse toucher tous les niveaux et, pourrait-on dire, les maintenir ensemble. C'est ce que les initiés connaissent sous l'acronyme RAIN, comme la pluie, et qui provient du bouddhisme d'Asie du Sud-Est. Il ne s'agit pas d'une pratique religieuse. Il s'agit plutôt d'une application philosophique qui nous aide à mieux nous comporter avec les autres. Cette technique passe en revue chaque lettre de son acronyme pour nous rappeler des pratiques spécifiques qui nous aident à améliorer notre niveau d'intelligence émotionnelle

R : Reconnaître

La première étape pour améliorer notre intelligence émotionnelle est de reconnaître. Reconnaître ce que nous sommes, ce qui est là, ce que nous avons, l'argile avec laquelle nous allons travailler : c'est la conscience de soi. Reconnaître est crucial car nous sommes souvent si occupés dans notre vie quotidienne que nous oublions de ressentir et de comprendre ce que nous ressentons. Nous devons apprendre à comprendre nos émotions. Par exemple, nous pouvons être en colère. Êtes-vous en colère, frustré ou furieux ? Nous sommes peut-être agacés. Mais agacé, dégoûté ou plutôt contrit ? Plus contrit... cette ligne peut être suivie aussi longtemps que l'on veut, elle révèle un "grain" dans les émotions, des facettes qui composent nos sentiments qu'il est utile d'apprendre à reconnaître. Cela peut s'apprendre en faisant un petit exercice. Réglez le réveil pour le Coupez l'alarme de votre téléphone et prenez une profonde inspiration pour identifier l'émotion que vous ressentez à ce moment-là. Cela nous oblige tous à être conscients de nos émotions. Nous ne pouvons pas prévoir ce qui va se passer ou ce que nous allons ressentir lorsque l'alarme se déclenchera. Faites cela chaque jour jusqu'à ce que vous atteigniez le point où vous pouvez tenir un petit journal de vos émotions afin de pouvoir suivre à quoi ressemble votre courbe émotionnelle

A : Acceptation

C'est une étape très importante, car nous avons tous tendance à refouler les émotions négatives ou difficiles. Nous essayons toujours de balayer la poussière sous le tapis pour ne pas voir les choses négatives : quand nous ne les voyons pas, nous pensons que tout va bien. Bien sûr, ce n'est qu'une illusion ! Un exercice qui peut nous y aider est la respiration. Le secret de toute émotion, même la plus effrayante ou la plus douloureuse, est la respiration. Lorsque vous ressentez ces émotions, prenez de longues et profondes respirations. Plus une respiration est longue, plus l'expiration est longue, plus nous stimulons le nerf vague, le système parasympathique et la réponse de relaxation. Nos émotions sont directement liées à notre respiration, donc gérer notre respiration peut nous aider à gérer nos émotions

I : Enquêter

Nous devons comprendre. Comprendre ce qui a déclenché l'émotion qui nous anime, d'où elle vient. Si c'était un ton de voix particulier, quelque chose d'inattendu. Si cela vient de mon partenaire, de mon patron au travail, ou peut-être d'un ami. Est-ce un sentiment familier ? Quelle est la dernière fois que vous avez ressenti cela ? Pour apprendre à examiner nos émotions, nous pouvons simplement poser des questions. Réduisez l'émotion que vous ressentez et décomposez-la en petits morceaux auxquels vous pouvez répondre individuellement. Pour comprendre pourquoi un sentiment est là et ce qu'il signifie, posez-vous des questions d'auto-coaching

N : Nurture

La nutrition est la chose la plus importante à faire lorsque nous sommes malades. Nous avons besoin de la bonne alimentation pour guérir le corps, et notre sphère émotionnelle n'est pas différente. Nous devons nourrir la partie de nous qui a été blessée afin qu'elle puisse guérir

Bien sûr, la nourriture de l'âme est l'amour. L'amour est la forme d'énergie la plus puissante, la plus perturbatrice et la plus curative. Il est impossible qu'une méthode fonctionne si elle ne comporte pas d'amour. Passons sur le préambule. Pour guérir une blessure émotionnelle, nous devons la nourrir d'une présence aimante. Nous devons nous rappeler que nous sommes le point de départ et que nous devons nous aimer. Encourageons-nous et prêtons une oreille attentive, parlons-nous d'une manière qui nous soutient et nous rappelle que nous valons la peine, prenons-nous dans les bras. Pourquoi pas, peut-être devant un miroir ! Il est possible d'apprendre à lire le monde et soi-même. Cela peut vous faciliter la vie !