Le mal des transports pour les enfants : les solutions

Beaucoup de gens en souffrent et surtout pour les enfants c'est parfois un problème insurmontable qui peut même traumatiser le petit alors qu'il s'apprête à partir en vacances face à un long voyage : c'est le mal des transports. Il existe de nombreux traitements traditionnels, notamment les conseils de la grand-mère, les médicaments et l'ingestion d'aliments solides. Cependant, il est important de comprendre comment transformer un voyage stressant en vacances agréables et relaxantes, même en transportant nos enfants.

Le mal de transport

Le mal des transports est une affection qui touche les enfants, mais aussi les adultes. Elle entraîne des difficultés lors des longs trajets en voiture en raison de l'inconfort du mal des transports. En France, ce trouble touche un enfant sur 3 et est causé par une hypersensibilité du centre de l'équilibre qui est situé dans l'oreille interne. Ce centre, pendant le voyage, est sollicité par des impulsions excessives provoquées par les mouvements ondulatoires et rotatifs de la voiture, une surexposition aux nombreux symptômes visuels qui apparaissent devant et qui, en fait, confondent le système perceptif.

Symptômes

Il est facile de reconnaître les symptômes du mal des transports et ils évoluent de cette manière :

  • Pâle.
  • Bâillements fréquents.
  • Sueurs froides.
  • Nausées.
  • Vomissements.

Le mal des transports a tendance à se manifester généralement chez les enfants de plus de 2 ans, alors qu'il est presque absent dans le groupe d'âge inférieur, probablement en raison de l'adaptation et de la croissance. Il a une incidence très élevée entre 2 et 12 ans et diminue généralement avec l'âge, mais il peut aussi devenir chronique et représenter une situation à vivre à l'âge adulte.

Remèdes

Déplacements nocturnes

Plusieurs options s'offrent à nous. L'une d'elles consiste à voyager pendant la nuit ou tôt le matin, lorsque l'enfant dort ou a tendance à dormir. Dans ce cas, les entrées visuelles qui provoquent le mal des transports sont exclues.

Conduire tranquillement

Si l'on voyage avec un enfant, on choisit bien ses itinéraires et on prévoit de longs trajets sur des routes qui ne sont pas cahoteuses et, surtout, on conduit calmement, sans donner trop de secousses. Avançons à vitesse de croisière, sans trop accélérer ni décélérer, surtout dans les virages, et arrêtons-nous toutes les 2 ou 3 heures pour permettre à nos jambes et à notre esprit de se reposer, en nous distrayant un peu.

Dimenhydrinate - Chewing-gum ou médicaments

Pour les cas plus graves, nous pouvons toutefois utiliser un support pharmaceutique dont le principe actif est le dimenhydrinate. Les enfants de moins de deux ans ne peuvent pas utiliser cette molécule. Elle est très utile et utilisée en cas de vertiges et de nausées, elle est donc très utile pour contrer le mal des transports. Dans la formulation en capsules molles, elle doit être prise une demi-heure avant le départ, ou bien elle peut être utilisée sous forme de chewing-gum dès l'apparition des premiers symptômes (la pâleur dont nous parlions).

Choisir le bon siège

Si l'enfant est assez grand et que son âge le permet, on peut le faire asseoir devant pour qu'il ait moins souvent le mal des transports. Il est préférable de choisir des sièges qui correspondent aux ailes si on voyage en avion. Si nous prenons la mer et que nous ne voulons pas risquer d'avoir le mal de mer, alors la zone centrale est préférable. Enfin, dans le train, tous les wagons conviennent, mais on choisit le siège positionné dans le sens de la marche.

Utiliser du gingembre

Parmi les remèdes les plus utilisés et anciennement traditionnels, disponibles même pour les enfants qui n'ont pas d'allergie ou d'idiosyncrasie à tel aliment, il y a le gingembre, une véritable manne aux mille propriétés (ici pour tout savoir sur lui). Au cas où ils commencent à souffrir du mal des transports, on fait mâcher à l'enfant du gingembre, de préférence confit. Il existe également des produits à base de gingembre, comme des biscuits, des solutions aqueuses et des gouttes qui peuvent être utilisés pendant ou avant le voyage. Cette dynamique peut être contrée par des remèdes biologiques, qui sont exempts des effets secondaires habituels des médicaments (somnolence au primis).

Voyager avec une fenêtre ouverte

Si le climat et la température le permettent, évitez la climatisation et voyagez avec la fenêtre ouverte afin d'éviter le mal des transports. Cela favorise le renouvellement de l'air et l'atténuation des symptômes, tout en couvrant bien votre enfant et en évitant de le rendre malade à cause d'un courant d'air trop important.

La bonne alimentation

Très important, enfin, également l'alimentation. Il est préférable de nourrir les enfants avant le voyage et de les laisser commencer l'itinéraire le ventre plein, sans exagérer : un petit goûter suffira. Pour que les enfants ne s'énervent pas, prévoyez des en-cas tels que des gressins, des baguettes de pain et des crackers tout au long du voyage. Évitez les aliments complexes comme les fritures, les aliments riches en graisses et les boissons gazeuses.

Évitez de placer le bébé sur votre bras

De nombreuses personnes sous-estiment les risques et les dangers de tenir un bébé dans leurs bras, pensant que cette position, bercée et proche de la chaleur de la mère, réduira l'inconfort et le mal des transports. Ce site

Éviter les routes accidentées

La sécurité au volant implique d'éviter les nids de poule et les routes cahoteuses. Les enfants, dans leurs premières années, n'ont pas un sens de l'équilibre stabilisé, ce qui peut amplifier les effets d'une route cahoteuse et d'une voiture qui n'est pas correctement équipée pour compenser les secousses. Nous évitons les routes sinueuses et choisissons plutôt des trajets droits, même s'ils sont plus longs.

Les jeux vidéo sont à éviter

Les parents se tournent souvent vers les smartphones, tablettes et autres technologies pour apaiser leurs enfants qui sont accros. Cependant, il est important qu'ils ne conduisent pas s'ils sont atteints du mal des transports. On peut aussi détendre les enfants en leur faisant écouter de la musique ou des jeux qui ne les obligent pas à regarder un écran.

Que faire si vous avez le mal des transports

Voici une dernière liste de contrôle résumant les règles de base pour éviter le mal des transports - les choses que vous pouvez faire pour vos enfants et leur bien-être :

  • Partez lorsque votre enfant est endormi ou somnolent.
  • Installez-le dans le siège de la voiture. Faites en sorte qu'il regarde droit devant lui, et non de côté.
  • Conduisez calmement
  • Expliquez à votre enfant qu'il ne faut pas regarder par la fenêtre
  • Ne donnez à lire à vos enfants
  • Donnez-leur des encas solides (pain, biscuits sec, etc.)
  • Buvez de l'eau et pas de boissons gazeuses